agecritique@gmail.com

Avions renifleurs / Détecteurs ADE 651

Avions renifleurs / Détecteurs ADE 651

Aujourd’hui on va donc essayer de comprendre comment, pendant 2 ans et demis, Elf, le gouvernement français, des géologues et des scientifiques vont croire détenir une invention permettant de détecter les nappes de pétroles en les survolant en avion.

L’affaire des avions renifleurs, puisque c’est ce dont on va vous parler aujourd’hui, commence avec la rencontre de trois hommes :

  • Alain de Villegas un comte belge ingénieur civil et apprenti alchimiste qui cherchait d’extraire de l’or à partir de sel
  • Aldo Bonassoli un ingénieur italien inventeur d’un appareil à détecter les ovni dans le ciel et d’un rayon désintégrateur
  • et maître Jean Violet un intermédiaire douteux correspondant régulier des services secrets français.

Ce dernier va proposer à Elf Aquitaine en Février 1976 l’invention des deux autres : un procédé permettant affirmait-il de déceler jusqu’à plusieurs milliers de mètres sous terre la présence d’eau, de gaz ou de pétrole. Le tout grâce à des avions embarquant un système de “rayon” renvoyant une “image” le tout combiné à un dispositif au sol pour affiner tout ça.

Inutile de vous préciser que la fine équipe n’a jamais réellement détecté de pétrol avec ce système.

Et pourtant, le 28 mai 1976, Elf-Aquitaine qui est à l’époque une entreprise publique va acheter 400 millions de francs l’exclusivité du procédé pour une période de douze mois.

Le tout en s’engageant à ne pas chercher à savoir comment ça marche ·

“marche” c’est vite dit…

Pourquoi elf accepte ce deal ?

Ils acceptent car ils ont peur que Villegas vende ça aux USA et aussi car en fait ce n’est pas nécessairement un somme si énorme, à l’époque Elf dépense plusieurs milliard de francs par an en exploration si le procédé marche, ça vaut le coup…

30 missions vont donc être lancées pour tester le procédé à partir de juin 1976.

Lors de ces missions des géologues d’elf accompagnent l’équipe de Bonassoli et ils sont assez… surpis par le discours scientifique de Bonassoli, et doutent un peu de son sérieux mais ils ne sont ni italien ni physicien ils doivent être “lost in translation” et du côté de Bonassoli on leur répond : “ne cherchez pas à comprendre, c’est très compliqué”…

Malgré ça l’équipe Elf va se déclarer, dans un rapport officiel, éblouie par les premiers résultats malgrés des réserves sur la fragilité de la technologie et ces “prototypes qui se dérèglent facilement”.

Du coup en Février 1977 trois forages vont être entrepris sur des sites prometteurs : un dans les pyrénée ou d’après Bonassoli Elf va malheuresement  forer pile entre deux gisements… c’est ballot… et un autre en afrique du sud où Elf va dépenser 100 millions de franc pour forer dans du basalte – ce qui a fait tiquer un peu les géologues le basalte étant une roche volcanique absolument pas pétrolifère.

Bref aucun de ces forages ne va permettre de trouver du pétrole et du coup le 24 juin 1978 les échecs s’accumulant Elf… devant l’évidence… va, fort logiquement, décider de… signer un nouveau contrat de 500 millions de francs cette fois pour acquérir la technologie développée par Bonassoli.

Whaaaat, c’était pas plutôt le moment de tout abandonner ?

L’interprétation d’Elf va être que le principe qui existe mais que Bonassoli n’est pas capable faire marcher correctement son invention.

Dans le cadre de ce transfert de savoir Bonassoli va donc donner des cours à des ingé polytechniciens d’Elf, et on a un petit apperçu dans un documentaire de 2012 où il est interview et ça donne à peu près :  “dans l’appareillage de l’avion il y a un flux avec du gaz qui transforme un flux gravitationnel en flux électromagnétique et après vous pouvez faire tout ce que vous voulez avec ça.”

Personne ne comprend rien donc Elf rajoute progressivement des membres à son équipe scientifique pour mieux comprendre. Ils ont quand même payé 500 millions pour ça… Il faudrait quand même pas qu’ils ratent l’invention du siècle car leur ingénieurs sont pas capable de comprendre la théorie de Bonassoli !

Mais fin 1978 Elf commence à se rendre qu’il y a quand même une couille dans le potage et un nouveau rapport souligne les problèmes posés par le fonctionnement des appareils et relève un certain nombre de contradictions. Certains membre de l’équipe de vont même constater que des expériences de Bonassoli sont truquées.

Ce qui n’empêche pas l’opération de continuer puisqu’en 1978 elf va effectuer de nouveaux forages et même organiser une démonstration en présence de Valéry Giscard d’Estein.

Il raconte d’ailleurs tout ça assez bien lui même :

Ah VGE ils se laisse pas avoir hein, il sait bien que la vraie science ne se fait pas dans des petites cabines en bois mais devant des machines en métal avec plein de lumière et des boutons partout.

Pourquoi Elf continue alors qu’ils ont réalisé que Bonassoli truque des expériences ?

Et bien apparemment à ce stade les dirigeants d’Elf pensent que si Bonassoli truque ses expériences c’est pour faire échouer le deal et pouvoir vendre son procédé à des concurrents…

Néanmoins à l’été 1979 Elf-Aquitaine saisit finalement les appareils puis organise un test avec un physicien extérieur à l’entreprise. Ce dernier demande à Bonassoli de visionner une simple règle avec son appareil… Mais en secret il tord la règle… Elle apparait droite sur l’appareil…

Le dispositif de Bonassoli est enfin démonté on retrouve papier photo polaroïde, une caméra infrarouge et une télécommande lui permettant d’imprimer à distance une carte dessinée au préalable par ses soins.

Mais je crois que tu voulais dire un mot sur les conséquences politiques de tout ça ?

1982 : l’administration notifie à Elf-Aquitaine un redressement fiscal de 547 millions pour exportation de capitaux en violation du contrôle des changes.

22 juin 1983 : l’affaire est révélée dans Le Canard enchaîné par P. Péan. Un rapport de la Cour des comptes écrit sur ce dossier en janvier 1981 a apparemment disparu. L’affaire est rendue publique par une question parlementaire posée au secrétaire d’État au Budget qui confirme.

Et du coup comment Bonnassoli et les autres ont ils bernés Elf ?

Déjà l’invention de Bonnassoli va effectivement détecter des champs de pétroles, mais seulement ceux déjà découvert par Elf. Comment Bonnassoli connaissait leur emplacement ? peut être à l’aide de complicité chez Elf, des contacts de maitre Violet par exemple, peut être aussi en obtenant à leur insu l’information par les géologue d’Elf qui l’accompagnaient et étaient au courant ou plus simplement car une bonne partie des informations étaient publiques…

Mais dans tous les cas ce qui apparait c’est qu’Elf ne s’est jamais donné les moyens de vérifier sérieusement si l’invention n’était pas truquée et n’a pas jugé utile de faire un background check sur les personnes qui la lui présentaient.

Pourquoi ça ?

Bah pour te répondre je vais essentiellement me baser sur un article nommé Au nom du progrès et de la nation : les «avions renifleurs». La science entre l’escroquerie et le secret d’Etat de Pierre Lascoumes.

Ce texte propose une explication sociologique de l’affaire inspirée par les travaux de Bruno Latour, Latour sociologie des sciences très connu qui n’a pas forcément fait que du bien à l’étude des sciences.

Mais l’idée développé ici me semble assez pertinente, pour l’auteur si autant d’acteur économique, scientifique et politique on pu croire à cette arnaque assez ridicule c’est par un système de validation mutuelle. Si les scientifiques impliqués prenaient au sérieux Bonassoli C’est que les politiques y croyaient, hors eux même y croyaient car les acteurs industriel y croyaient qui eux même y croyaient car les acteurs scientifiques semblaient y croire.

Et en effet les validations étaient multiples :

Le sérieux économique déjà les contrats sont signé chez UBS, le fondé de pouvoir de la société est d’ailleurs président d’UBS une connaissance de maitre Violet.

Villegas une fois le 1er contrat signés emploies 20 nouveaux salariés achète des avions, des propriétés, un bateau et rénove son château… il semble établi pas du sur le point fuir.

Au niveau politique avec des arguments nationaliste le premier ministre Raymond Barre qui affirmant aux sceptiques qu’ils n’étaient pas de “bon français”

Et il y avait même des indices de sérieux “moral” avec l’entourage de maitre Violet constitué de membre de l’Opus Dei et de la loge P2. De façon hallucinante des prêtres assistaient aux réunions où ils célébraient parfois la messe et la signature du second contrat a même été faite en présence du cardinal Benelli qui espérait à l’époque devenir pape. Comment mettre en doute la sincérité d’hommes aussi bien entourés ?

Enfin il va y avoir des indices de sérieux scientifique sisi :

Lors du second contrat Elf va vouloir protéger l’invention en déposant un mémoire à l’Académie des sciences. Mais le charabia de Bonasolli étant incompréhensible Elf va demander à ses physicien de le traduire en quelque chose de déposable. Ce sont donc des scientifiques recrutés par Elf, qui vont traduire en termes scientifique intelligibles les propos de Bonasolli.

Au lieu de vérifier si l’invention marchait Elf s’est créé elle même une forme de validation scientifique. Et ces documents vont à la fois créer des preuves tangibles de l’invention et aussi impliquer les responsables de Elf-Aquitaine qui devenus acteurs concernés vont perdre leur capacité critique.

Sans qu’a aucun moment personne ne détermine si l’invention marchait ou existait.

Le fait d’avoir de multiples acteurs a permis aux autres de se défausser, pas besoin de vérifier le sérieux de Bonasolli, maitre Violet et ses contacts dans les services secrets l’ont surement déjà fait.

D’ailleurs quelque chose d’autre qui a permis de valider le sérieux de l’invention c’est justement le secret :

Le secret industriel déjà : c’est parce que l’invention est d’une importance majeure qu’un maximum de secret doit l’entourer. Et si il faut protéger cette invention est protégée par un secret c’est donc qu’elle marche.

Secret qui va être renforcé quand un beau jour on détecte “par hasard” un sous marin nucléaire ce qui va rajouter un aspect secret militaire au secret industriel.

Enfin ce qui à mon sens ressort de tout ça c’est ce que l’on appelle l’effet concorde où les coûts irrécupérables le gouvernement Français et Elf ont tellement investi dans cette histoire et je ne parle pas que de l’investissement financier je parle aussi de l’investissement en terme de crédibilité, qu’il leur était très difficile de d’assumer leur erreur, c’est aussi un peu ce dont adrien avait parlé avec Anne Lauvergeon et Areva qui avait préférer investir davantage que de prendre ses pertes.

II : Adrien, les détecteurs.

Et donc Adrien, est ce que tu connais une affaire plus conne que ça ?

Plus conne, je ne sais pas… mais qui a réussi à coûter encore plus cher et à convaincre encore plus de pays oui ! et très récemment en plus. Je vais vous parler de l’affaire des ADE 651, des supposés détecteurs de bombes et d’explosifs qui étaient malheureusement rien que des bouts de plastique et de métal fragiles et mal assemblés; mais qui ont quand même été vendus dans plusieurs pays d’asie du moyen orient, d’afrique…. pour des sommes bien rondelettes !

De quoi on parle déjà ?

Ce sont littéralement des baguettes magiques. C’est à dire une petite poignée en plastique avec une longue tige en métal qui peut s’agiter, et qui fonctionne sans avoir besoin de batterie ! Qui permet de détecter n’importe quelle substance par “attraction d’ion électrostatique” ou encore de “détection électrochimique thermo redox” quoi que ça veuille dire.  Pour utiliser l’appareil l’opérateur est supposé marcher quelques instants avec la tige à angle perpendiculaire à son corps pour le “charger” et l’antenne est supposée se “tourner” en direction de la substance qu’il a été calibré pour détecter grâce à une “carte de détéction” inserée préalablement. On fabrique des cartes de détections en enfermant un autocollant dans un bocal avec la substance recherchée pendant une semaine, histoire que elle s’imprègne des effluves. (oui ça se rapproche de l’homéopathie.)  Le materiel promotionel fournis par le fabricant prétendait que le machin pouvait être utilisé pour détecter des flingues, des munitions, de la drogue, des truffes, des corps humains, de l’ivoire, des billets à une distance jusqu’à 5 kilomètre à travers des murs, ou même à partir d’un avion !

Tiens ça me rappelle quelque chose ! Il y a une différence entre ça et une baguette de sourcier ?

Le prix bien sur ! Cette saleté a été vendue pour lutter contre des kamikazes à Baghdad, pour chercher de la cocaine à Mexico, au pakistan pour protéger l’aéroport de Karachi, et en Afrique pour retrouver des traficants d’ivoire. Pour une somme allant jusqu’à 5 chiffres par pièce ! en parlant chiffres précis :  Le ministère de l’intérieur iraquien a acheté 800 unités pour 20 million de livres en 2008, et encore 700 en 2009 pour 32 millions. Et je ne pense pas que j’ai pas besoin de vous préciser que les bidules ne marchent absolument pas. Mais ça ne les a pas empêchés pendant des années d’être utilisés à la plupart des checkpoints de police du pays.

Et qui est derrière tout ça :

Oh ben ça… il faut remonter loin, dans la nuit des temps, en Caroline du Sud dans les années 90. Wade L. Quattelbaum, ex vendeur de voitures d’occasions invente le Quadro Tracker Positive Molecular Locator, à l’origine supposé détecter les balles de golfes, (ça ne marchait pas) mais l’inventeur réalisa rapidement que son appareil était tout aussi efficace pour ne pas détecter absolument n’importe quoi d’autre. Il a réussi à vendre entre 400 et 8000 dollars l’unité son bidule à des écoles, des aéroports… avant que le FBI ne commence à s’intéresser à l’affaire et que toute la compagnie ne soit inculpée pour fraude en 96…  

L’affaire aurait pu en rester là, mais en 97 (donc après le procès hein),  Jim mac cormick, un ex policier de l’ouest de l’angleterre, ex vendeur d’équipements en télécommunication achète un exemplaire du Quadro tracker. Sentant le potentiel… financier de l’appareil, il l’a copié, il a rajouté un sticker avec le nom de sa nouvelle compagnie. Il a monté une petite usine en roumanie où Ils fabriquaient le machin pour autour de 150 livres pièces (principalement frais dans des frais de packaging) et il s’est lancé dans le buisness… et  ce fut un succès mondial ! Comme je le disais plut tôt, il s’en est vendu pour des millions de livres.

Et personne n’a tiqué ?

Si. De nombreux journaux se sont intéressés aux détecteurs et ont tous conclus que c’était du vent. L’armée américaine a passé le machin aux rayons X et a conclu qu’il n’y avait aucun moyen que le truc détecte quoi que ce soit. Un garde iraquien et un journalistes du new york times ont transportés une caisse d’AK 47 à travers 9 barrages de police sans être inquiétés ! Et enfin assez étonnamment La BBC a organisé un test contrôlé qui a cette fois réussi. ils ont bien détectés la boite qui contenait de l’explosif. Alors ça les a un peu étonnés, du coup ils ont inspectés un peu mieux le bidule et ils ont trouvés au fond un tag rfid de supermarché pour détecter les vols, et dans le boitier un détecteur électronique.

Après ça le gouvernement anglais a quand même réagis, a déclenché une enquête criminelle. Jim McCormick a été condamné pour de multiples fraudes et mensonges à 10 ans de prison en 2013. Malgré tout ça les détecteurs du même type étaient encore utilisés en iraq jusque en 2016.

Conclusion plus large : Et en fait ce qu’il faut retenir c’est que c’est très facile pour une organisation ou une autorité de tomber dans ce genre de débilités. C’est même assez courant. Et ça n’est pas que dans des pays pauvres ou mal éduqués. Encore aujourd’hui en France, L’homéopathie qui en plus de 100 ans n’a toujours pas réussi à prouver son efficacité est remboursée par la sécurité sociale et vendue en Pharmacie !  Aujourd’hui encore dans les procès en France on se sert d’évaluations psychanalitiques totalement fantaisistes pour évaluer dans des procès les justiciables ! Rappelons la graphologie qui est encore utilisée de nos jours lors de recrutements…

Sources :
Sur les avions renifleurs
– Le documentaire l’extravagante affaire des Avions Renifleurs (2012) : – www.youtube.com/watch?v=tXaNdhU7Fx0
– www.lexpress.fr/actualite/societe…role_1269957.html
– Au nom du progrès et de la nation : les «avions renifleurs». La science entre l’escroquerie et le secret d’Etat : www.persee.fr/doc/polix_0295-231…999_num_12_48_1810