agecritique@gmail.com

Saint Denis

Science · Culture · histoire · politique · esprit critique

Saint Denis

Instant Amélie Poulain. Parce que, oui, j’ai grandi à Montmartre… Pardon par avance à celles et ceux de nos auditeurs chéris qui ne connaissent pas Paris : cette rubrique va être sacrément barbante pour vous. Non mais écoutez-moi quand-même… au pire vous aurez appris des trucs… au mieux vous allez bien rigoler. Et puis vous n’aviez qu’à connaître Paris aussi… 😉

Bon alors un de mes trucs préférés dans le fait d’avoir grandi à Montmartre (à part les accordéons et photomatons, évidemment) c’est d’avoir été entourée de St Denis. St Denis par ci, St Denis par-là, en veux-tu en voilà, Montmartre est truffé de références à ce sacré saint.

Mais pourquoi j’ai adoré ça ? Parce qu’il est le patron de Paris ? Parce que son nom vient de Dionysos qui est quand-même drôlement cool pour un Dieu ? Non, tout simplement parce que ce mec, il porte sa tête dans ses mains. J’adore. C’est comme ça, ça ne se contrôle pas… alors j’entends beaucoup parler de la passion du Christ, voilà, moi j’ai la passion de St Denis. Allez, on a tous eu notre phase Creepy Crawlers, toi même tu sais. Alors St Denis c’est le top du gore. Toi aussi, joue avec nous et cherche dans l’Eglise la plus proche de chez toi un type avec sa tête entre les mains, en mode footballeur américain qui porte son casque. Si tu vis à côte de Notre Dame de Paris tu es sûr.e de gagner.

Mais qu’est-il arrivé à ce brave Denis pour finir représenté comme un décérébré ? Bon, j’annonce, pas moyen d’avoir des sources à peu près fiables sur la mort de mon… écervelé préféré. En même temps, on parle d’un mec qui porte sa TÊTE dans ses MAINS… Alors on va prendre ça de façon légère ; dites-vous qu’il y a plein de versions, comme pour toute bonne histoire, et que celle qui suit est ma préférée… c’est un peu mon Disney à moi.

Il était une fois, vers 250 après JC, un homme qui s’appelait Denis et qui avait la fâcheuse idée d’être le premier évêque de Lutèce, ce qui n’était pas du tout du goût des Romains. Comme les Romains préféraient exécuter les Chrétiens 3 par 3, ils décidèrent de le décapiter avec 2 de ses compagnons : Rustique et Éleuthère.

Rustique et Éleuthère. Vous cherchiez les prénoms de vos futures enfants : de rien. Aparté pour les fans de Google Maps : c’est le moment pour la réalité podcast augmentée.

Donc les Romains les ont fait monter la butte, par ce qui s’appelle aujourd’hui la rue des Martyrs.

D’ailleurs une des étymologies possibles de Montmartre est le Mont des Martyrs : « everything is connected ».

Puis ils les ont décapités au niveau du 11 rue Yvonne le Tac (là où se trouvent aujourd’hui la crypte du martyrium de St Denis). Et là, le gars, il se lève et il prend sa tête sous le bras. Bon alors là, forcément, les Romains ils se sont barrés en courant, on les comprend. Donc notre gaillard continue son bonhomme de chemin. Bon, il a pris des détours un peu biscornus, faut dire qu’il n’avait pas toute sa… tête. on lui pardonne. Il s’est donc retrouvé au niveau du 2B Impasse Girardon où se trouve aujourd’hui la statue de St Denis. Là il y avait comme un truc qui le chiffonnait dans son apparence. Mais où avais-je la… tête ? Le sang, évidemment. Il était tout crado de son propre sang. Ça tombait bien il y avait une fontaine idéale pour le nettoyage de tête. Pendant ce temps, un groupe d’anges chantait ses louanges… Et depuis ce jour, l’eau de la fontaine guérit les fièvres…

Une fois propre comme un sou neuf il est redescendu de l’autre côté de la butte, par ce qui s’appelle maintenant la rue du Mont-Cenis.

Bon, « Denis », « Cenis », c’est un peu pareil, à un greffier bourré près, hein ? Non ça n’a rien à voir en fait !

Puis il a continué vers le Nord… tout ça en prêchant des sermons à… tue-tête, jusqu’à s’écrouler au bout de 6 km… il avait marché environ 1h30 sans sa tête le mec. Et là, il a été enseveli puis les Chrétiens ont construit une chapelle puis une basilique-cathédrale au-dessus et maintenant la ville s’appelle : St Denis !

Bon alors là forcément il y a eu des pèlerinages, parce qu’un truc pareil, ça se « pélerine ». Par contre Montmartre c’est sympa mais ça grimpe… et le pèlerin aime donner du bâton mais plutôt à plat. Et hop, une bonne route toute droite qui va du centre de Paris à la basilique de St Denis, qu’on appela Estrée, et qui correspond aujourd’hui à la rue St Denis et la rue du Faubourg St Denis.

Il est partout vous dis-je.

Et à peu près à mi-chemin, on construisit une chapelle, qui s’appelle aujourd’hui Église Saint-Denys et qui se trouve 16 de la rue de la Chapelle. Chapelle dans laquelle se trouvaient les reliques de St Denis, avant que le bon roi Dagobert ne décide du transfert de ces reliques vers la basilique St Denis.

Avant cet événement qui marqua le début de la fin pour cette chapelle, elle connut ses heures de gloires, avec rien de moins que la foire la plus importante de l’Île-de-France, où l’université de Paris achetait son parchemin. Tant et si bien qu’un grand village s’est constitué autour de cette chapelle, l’originalité loufoque de l’époque voulant qu’on appelle ce village : La Chapelle.

Les Parisiens qui nous écoutent : métro La Chapelle, sortie du périph’ Porte de la Chapelle, c’est de ça que je parle !

Jusqu’à ce que Haussmann et Napoléon III ne décident de découper ce village en quatre parties, la majeure partie à Paris – les actuels quartiers La Chapelle et la Goutte-d’Or – le reste répartis sur Aubervilliers, St Ouen et bien-sûr : St Denis !


C’est tout pour aujourd’hui, sachez juste que nos amis les Denis se fêtent le 9 octobre et que selon le dicton :

« Beau temps à la Saint-Denis, hiver pourri » !